WordPress et l’hébergement mutualisé

WordPress et l’hébergement mutualisé

Avant de parler des hébergements à proprement dit, parlons d’abord des performances de WordPress. Vous remarquez que cet article est d’abord accès sur l’utilisation de WordPress mais s’adapte très bien à tous les développeurs web, qu’ils soient utilisateurs de CMS, de CMF, de Frameworks ou encore quelques courageux qui codent encore tout à la main. Historique des performances WordPress WordPress n’est pas connu pour être extrèmement léger. On ne pourra pas lui enlever que depuis les versions 2, il a connu un net progrès à ce niveau un code plus propre, des fonctions plus légères des plugins mieux contrôlées et notées des systèmes de mise en cache comme WP Super Cache ou W3 Total cache qui accélèrent les traitements …mais malheureusement avec encore beaucoup de requêtes de base de données. Après avoir hébergé pendant des années des WordPress sur des espaces mutualisés, j’ai remarqué, une fois leurs statistiques au top, que l’expérience utilisateur était nettement affaiblie. C’est normal, mon capitaine ! Pas vraiment non, car WordPress persiste à se poser sur des bases très lourdes, le prix a payer pour être aussi facile d’utilisation probablement. Il faut néanmoins comprendre une chose avant d’aller plus loin, il est fortement conseillé de passer sur des serveurs de plus en plus puissants au fur et à mesure de votre avancée sur le web. 1. L’hébergement mutualisé , un HLM sur internet Je serai catégorique là-dessus. Tout site sérieux NE DOIT PAS démarrer sur un serveur mutualisé. Penchez-vous plutôt vers les dédiés virtualisés type VPS (de faux dédiés cqfd.) mais avec des performances et une plus grande maitrise de son hébergement. Pourquoi ? 1. Des...